Dossier 16

  • strict warning: Static function Messaging_Object::db_table() should not be abstract in /var/www/html/virtualdomains/15606/landesinteractives.net/www/sites/all/modules/messaging/includes/messaging_object.class.inc on line 265.
  • strict warning: Static function Messaging_Object::db_key() should not be abstract in /var/www/html/virtualdomains/15606/landesinteractives.net/www/sites/all/modules/messaging/includes/messaging_object.class.inc on line 2.
  • strict warning: Static function Messaging_Object::load() should not be abstract in /var/www/html/virtualdomains/15606/landesinteractives.net/www/sites/all/modules/messaging/includes/messaging_object.class.inc on line 4.
  • strict warning: Static function Messaging_Object::build() should not be abstract in /var/www/html/virtualdomains/15606/landesinteractives.net/www/sites/all/modules/messaging/includes/messaging_object.class.inc on line 6.
  • strict warning: Static function Messaging_Cached_Object::cache_set() should not be abstract in /var/www/html/virtualdomains/15606/landesinteractives.net/www/sites/all/modules/messaging/includes/messaging_object.class.inc on line 74.
  • strict warning: Static function Messaging_Cached_Object::cache_get() should not be abstract in /var/www/html/virtualdomains/15606/landesinteractives.net/www/sites/all/modules/messaging/includes/messaging_object.class.inc on line 75.
  • strict warning: Declaration of Messaging_Cached_Object::object_load() should be compatible with Messaging_Object::object_load($table, $key, $value, $class = NULL) in /var/www/html/virtualdomains/15606/landesinteractives.net/www/sites/all/modules/messaging/includes/messaging_object.class.inc on line 76.

Dossier 16 (Février 03) : du collège à la maison comment l'ordinateur favorise l'intégration

La première Unité Pédagogique d'Intégration (U.P.I.) des Landes a été ouverte à Mugron au cours de l'année 2000. Lorsque l'opération "un collégien, un ordinateur portable " a été étendue à l'ensemble du département, la question s'est posée de savoir si elle devait inclure également cette classe particulière dont certains élèves ont l'âge de leurs camarades de 3e . Interrogée sur ce point, Monique LESTRUHAUT, l'enseignante spécialisée qui encadre la classe d'U.P.I., était d'accord pour tenter l'expérience. Nous avons donc eu le plaisir, ce mois-ci, d'être accueillis (à bras ouverts, ajoutons-le) dans cette classe. Et nous avons découvert comment un outil dont on discute tellement les conditions de son intégration dans l'enseignement, était devenu lui-même un élément d'intégration dans l'environnement scolaire, pour ces élèves en difficulté. Ces petites musiques mugronnaises en témoignent, puisque nos hôtes sont aussi des artistes !

Intégration encore, mais concernant l'outil : les applications pédagogiques les plus probantes de l'informatique sont parfois révélées dans les matières où on les attendait le moins. Il suffit d'assister à un cours d'Education musicale dispensé à Mugron par Christelle LAMEIGNERE, pour en être convaincu !

A moins d'un mois de la Semaine de la Presse dans l'École, les deux classes de 3e du collège de Mugron proposent un autre exemple intéressant - et d'actualité - d'intégration des outils informatiques dans la réalisation d'un projet collectif d'établissement. Sur l'initiative de deux enseignants, en Français et Histoire-géographie, un nouveau média est né : le bien nommé landais Canard Déchaîné.

Intégration toujours... et si on parlait des familles ? Comment le portable a-t-il passé la porte de la maison de Nina? Rendez-vous fut pris pour constater comment la question... n'a vraiment pas été un problème !

Sommaire

  • Un outil qui favorise l'intégration
  • L'informatique en cours de musique
  • La création d'un journal scolaire
  • L'ordinateur à la maison

 

Un outil qui favorise l'intégration

 

 

 

 

Cours de pédagogie différenciée en Unité pédagogique d'intégration (collège René Soubaigné à Mugron)
 

 
  

  • Reportage TV

  "C'est un plus, c'est évident."
  Monique LESTRUHAUT, enseignante spécialisée en U.P.I.
  (9/01/2003- Temps : 3'00)
  avec Real Player
  avec Média Player

  • Un instrument bien accepté

Dans le cadre si particulier de l'enseignement en Unité Pédagogique d'Intégration (lire l'interview en préambule), qui accueille des enfants de l'âge des 3e mais travaillant sur des programmes du primaire, l'arrivée du portable a avant tout été marquée par une grande joie. "Les enfants se sont sentis considérés comme des élèves à part entière du collège ", déclare Monique LESTRUHAUT, enseignante spécialisée, assistée par l'aide-éducatrice Caroline FRANSCOIS (que l'on voit sur les photos). "C'est valorisant d'avoir cet outil aussi avec eux ".

  • La joie des élèves

La joie des élèves ne tient pas au seul fait d'avoir un ordinateur à la main, mais qui vient surtout des usages qui en sont faits au quotidien. Si ce ne sont pas les mêmes qu'en classe de 3e , ils ne concernent pas non plus nécessairement tous les élèves en même temps, ni les mêmes activités pour chacun. Précisément le portable permet d'adapter les outils aux niveaux et d'adopter une pédagogie différenciée en utilisant simultanément, par exemple, des logiciels éducatifs différents, tels que Atout Clic, Galswin, Lirebel ou Mille mots en Français, Maths, Histoire-géographie, ou La cité perdue et Les Secrets des Pyramides (plutôt ludo-éducatifs).

  • La pédagogie par le succès

Pour la plupart de ces enfants, l'échec scolaire est mal vécu et l'informatique apporte un sentiment de réussite. "Ceux qui ont du mal à rendre un travail correct, propre, sont heureux de voir que grâce au traitement de texte ils y parviennent ", déclare Monique LESTRUHAUT. Même chose pour le coloriage, autre exemple de ce sentiment de satisfaction obtenu en utilisant un logiciel de dessin.

L'équipe enseignante a donc ajouté aux heures consacrées aux arts plastiques, une heure hebdomadaire pour le dessin sur ordinateur. C'est encore le cas avec l'utilisation du dictionnaire : "Certains ont beaucoup de difficultés avec l'ordre alphabétique , ajoute Monique LESTRUHAUT : taper le mot et avoir la définition assez vite, pour eux, c'est quelque chose d'important".

  • Des utilisations mesurées

Les utilisations restent mesurées et s'articulent autour d'autres activités qu'elles viennent compléter. Dans le cadre d'un projet musical, par exemple, les enfants ont effectué des recherches sur les encyclopédies et Internet pour découvrir des styles musicaux. Un dessin sur ordinateur a été effectué pour orner la couverture d'un dossier sur l'Égypte, accompagné d'une recherche iconographique. Une correspondance avec une école de Niort, jusqu'ici postale, est à présent envisagée par voie électronique… 

Pour Monique LESTRUHAUT, les élèves acquièrent également une précieuse autonomie. "Ne serait-ce que pour installer le matériel, lancer les logiciels, à présent nous les laissons faire, même si ça prend un peu plus de temps ". L'équipe attend prochainement des logiciels adaptés au niveau des classes primaires, qui permettront aux enfants de travailler avec leur ordinateur chez eux. Car c'est une de leurs joies, comme les élèves de 3e , que de pouvoir l'utiliser aussi à la maison ! L'informatique en cours de musique.

 Interview : Pour comprendre comment fonctionne l'U.P.I. à Mugron Monique LESTRUHAUT, enseignante spécialisée

  • Qu'est-ce qu'une Unité Pédagogique d'Intégration ?

C'est une structure qui accueille des enfants handicapés au sein du collège, de façon à faciliter leur intégration dans la vie scolaire et sociale. Ces enfants sont accueillis et participent à la vie de l'établissement au même titre que les autres. Ils bénéficient d'une classe à petit effectif (10 enfants), d'un enseignant ainsi que d'une aide-éducatrice quasiment à plein temps. Certains sont amenés à sortir du collège pour effectuer des stages en SEGPA ( Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté), en IME ( Institut Médico-Éducatif) ou en entreprise. Le but est d'amener les enfants à progresser, de leur permettre d'accéder à des structures plus performantes, voire à une formation professionnelle.

  • Quelles sont les caractéristiques de l'enseignement en U.P.I. ?

Il s'adresse à des enfants qui présentent des niveaux et des handicaps très différents. Ce sont tous de "petits lecteurs", mais certains sont autonomes, parfois très performants dans certaines disciplines, ce qui permet de les intégrer ponctuellement, par matière, à d'autres classes. D'autres sont très en difficulté, ne parviennent pas à se repérer dans l'espace, ne possèdent pas le sens de l'orientation, etc. Il faut donc adopter un enseignement individualisé : si on leur fait faire la même chose en même temps, les meilleurs vont s'ennuyer, ou bien cela va pénaliser ceux qui ne sauront pas faire ce qu'on peut demander aux meilleurs.

  • Comment l'U.P.I. a-t-elle été accueillie au collège de Mugron ?

C'est un petit collège d'environ 200 élèves, avec une bonne équipe pédagogique, et… une véritable volonté d'intégrer tous les enfants. C'est essentiel car plusieurs enseignants accueillent des élèves de l'U.P.I. dans leur classe de 6e . Ce n'est pas toujours simple d'ailleurs car les élèves ont tous un emploi du temps particulier en fonction des cours qu'ils suivent en dehors de notre classe. Mais le meilleur facteur d'intégration vient des élèves de l'U.P.I. eux-même, qui par leur gentillesse ont su se faire accepter par les autres enfants !

En savoir plus :

  • dossier 6 "Réduire la fracture numérique" (15 novembre 2001)
  • dossier 10 "Vers un premier bilan" (27 juin 2002)

 

L'informatique en cours de musique

  • Reportage TV  

  "Les élèves repartent avec du son !"

  Christelle LAMEIGNERE, professeur d'éducation musicale
  (9/01/2003 - Temps : 3'00)
   avec Real Player
   avec Media Player

  • L'écoute intérieure

C'est une petite révolution dans l'enseignement musical : plus de cahiers, plus de photocopies, mais du son avant tout : "Les élèves vont chercher les cours avec les fichiers sons sur le réseau déclare Christelle LAMEIGNERE, ils les copient ensuite sur leur ordinateur et peuvent ainsi jouer et chanter sur l'accompagnement musical ou encore réécouter le cours d'audition. Ils repartent chez eux avec un vrai cours de musique, c'est à dire avec du son ".

Le cours s'ouvre sur un exercice d'audition : les élèves, attentifs, écoutent une œuvre en commun. Ensuite, ils peuvent réécouter à loisir les passages de leur choix à l'aide de leur portable et de leur casque. Le but est de leur faire identifier les différents instruments, les rythmes, utiliser la terminologie musicale afin de compléter un texte informatisé.

  • Le travail individuel favorisé

La pratique musicale est très largement favorisée par cet outil multimédia. D'autant qu'on ne peut pas soupçonner ici la moindre tricherie de la part des élèves, ou de détournement du portable. Pas de copier-coller possible, pas de correction automatique ! 

Seule la pratique individuelle de l'instrument peut en effet donner des résultats, et l'ordinateur est bien un outil extérieur qui favorise cette pratique. "Avant ils n'avaient ni le play-back, ni la possibilité de réécouter leur morceau de flûte, ou leur audition ", déclare Christelle LAMEIGNERE. Les élèves jouent de la flûte avec plus de facilité, car ils disposent d'un accompagnement. C'est plus agréable, l'écoute intérieure est favorisée grâce au casque, ils ont l'impression d'obtenir un meilleur résultat, et de ce fait ils sont amenés à travailler plus souvent chez eux.

  • La partition sur grand écran

La qualité du silence et l'attention qui règne dans la classe doivent beaucoup, selon Christelle LAMEIGNERE, à l'utilisation du vidéo-projecteur. Plutôt que d'être chacun dans sa partition, "on est tous ensemble sur la même, donc on se repère beaucoup plus facilement" souligne-t-elle. Chacun suit à l'écran le doigt de l'enseignante sur la portée et assimile ainsi le rythme de la pièce : "ils voient tout de suite où je désire reprendre ". Une méthode qu'elle utilise dès la 6e . Le vidéo-projecteur est attrayant, favorise l'attention collective et donc la concentration. Ce n'est pas le dernier avantage du portable. L'ouverture documentaire, l'accès immédiat à l'information permet d'enrichir les cours et procure plus de souplesse. "Par exemple , explique Christelle LAMEIGNERE, si en audition nous entendons un instrument nouveau que je n'avais pas repéré en préparant le cours, nous pouvons très facilement aller chercher des informations sur l'encyclopédie ou sur Internet, et les intégrer immédiatement au cours ".

La création d'un journal scolaire

  • Reportage TV 

 "L'ordinateur a développé leur esprit critique ."

Vanessa HEIDMANN, professeur de Français et Thierry LABORDE, professeur d'Histoire-géographie
(9/01/2003 - Temps : 3'02)
avec Real Player  avec Média Player

  • Projet collectif, outil commun

Vanessa HEIDMANN, professeur de français, et Thierry LABORDE, professeur d'Histoire-géographie, se sont associés pour proposer à leurs deux classes de troisième un projet de journal de collège. Répartis en équipes, les élèves ont travaillé sur des sujets aussi variés que la situation internationale autour de l'Irak, la marée noire, le projet en cours de transformation de la cantine du collège en self-service, ou la satisfaction des élèves de 3e vis-à-vis de l'attribution d'un ordinateur portable…

Ainsi l'outil informatique était-il à la fois au centre des débats, et le garant de la réussite d'un projet qui le mettait lui-même en question. Au cours d'une séance collective, les élèves ont présenté l'avancement de leurs rubriques respectives à l'appréciation des professeurs et de leurs camarades.

  • Les étapes de la construction

"Concrètement, les élèves ont utilisé le portable pendant trois séances pour des travaux de recherche ", déclare Vanessa HEIDMANN. Ils se sont connectés à Internet pour retrouver des sites d'actualité, des sites de journaux ; ensuite, avec le traitement de texte, ils ont élaboré leurs articles qu'ils ont présentés aujourd'hui avec le vidéo-projecteur. "Cela va servir également pour la maquette ", ajoute-t-elle : les élèves ont en effet utilisé un traitement de texte pour créer des encadrés et travailler à la mise en page finale. Enfin, un appareil photographique numérique et un scanner sont utilisés pour la prise de vues et la numérisation des dessins d'actualité réalisés par les élèves.

  • Développer l'esprit critique

Pour Thierry LABORDE, l'afflux d'information impose aux élèves "de remettre en cause, de critiquer, de vérifier, et ça c'est très positif ." Puisqu'ils ont travaillé sous la surveillance de leurs professeurs, les soupçons de plagiat sont facilement écartés : "Ils ont pu utiliser certaines informations, mais toujours avec leurs mots, donc ils se sont réapproprié l'information et ils l'ont retraitée. Je pense qu'effectivement, d'un point de vue critique, c'est tout à fait profitable ", ajoute Vanessa HEIDMANN.

A l'égard du portable, "le bilan est un petit peu mitigé ", ajoute-t-elle, évoquant l'enquête interne (un "micro-trottoir" auprès des élèves des deux classes de 3e ) à laquelle se sont livrés les apprentis journalistes. "Ils se sont rendu compte qu'en cours il fallait à la fois écouter, comprendre et prendre des notes et parfois ça pose problème parce qu'ils regardent l'écran, ils n'écoutent pas forcément le professeur, et c'est ce qu'ils ont soulevé lors du sondage réalisé auprès d'autres élèves ."

Le journal s'appelle "Le canard déchaîné". Pour donner toute sa saveur à ce titre, précisons que le canard est à Mugron ce qu'est le porc à Pleven ou la brebis à Roquefort...
Il devrait paraître à la mi-mars et être publié sur le site du collège. http://www.ac-bordeaux.fr/Etablissement/Mugron/index.htm

 

L'ordinateur à la maison

  • Reportage TV

  "Ca fait moins classe, devoir, école..."

  Monique LOHEZIC, parente d'élève
  (9/01/2003 - Temps : 3'02)
  avec Real Player
  avec Media Player

  • Attente et perplexité en début d'année

Accueillir l'ordinateur portable dans l'environnement domestique a d'abord été un sujet d'interrogation pour la famille de Nina MOREL-LOHEZIC. L'impatience de l'élève, attisée par un retard de distribution, n'avait pas les mêmes sources que l'anxiété des parents. Ces derniers se posaient de nombreuses questions : au niveau des responsabilités, quelles prises en charge avaient été prévues, notamment pour la durée des transports scolaires ? Comment se dérouleraient les récréations, les inter-classes ? Des inquiétudes vite apaisées par les documents distribués, expliquant notamment le système de prise en charge par le collège. D'un point de vue pédagogique, "on s'interrogeait sur l'utilisation proprement dite, sur les possibilités et comment les professeurs allaient gérer ça " déclare Monique LOHEZIC, mère de Nina, et elle-même enseignante.

  • L'ordinateur trouve sa place

Une fois rassurée sur les conditions matérielles de la prise en charge, la famille a d'abord accueilli le portable avec un grand intérêt, comme en témoigne Monique LOHEZIC : "Nous étions tous très curieux au début, surtout face à cet ordinateur qui fonctionnait sans souris, qui semblait si différent de ce que nous connaissions. Et puis sans qu'aucune règle ne soit établie, c'est redevenu un simple ordinateur, un outil avec lequel Nina travaillait, c'est tout ". Nina gère elle-même l'accès de son jeune frère et de sa grande sœur au portable : c'est un outil de travail ou de loisir (elle recherche des images, écoute de la musique, etc.) dont elle assume la responsabilité, et les autres n'y ont accès que si elle le leur permet.

  • Travailler avec plaisir

Pour l'instant, peu de matières réclament un usage régulier de l'ordinateur à domicile pour les devoirs. Lorsqu'elle rentre du collège, Nina ne se précipite pas plus sur son portable que sur la télévision… ou sur le goûter. Elle témoigne néanmoins d'un certain intérêt : "Je suis plus motivée pour faire mes devoirs, parce que je pense que c'est quand même plus amusant de les faire sur ordinateur". C'est surtout pour travailler l'Histoire-géographie, la Musique, l'Anglais et le Français qu'elle l'utilise. Ce que confirme Monique LOHEZIC : "D'après ce qu'elle dit, ça fait moins classe, devoir, école. C'est peut-être ce qui rend les enfants plus disponibles à étudier par ce biais là. D'autant plus qu'ils se débrouillent beaucoup mieux que no us". Un petit regret cependant : "Ce cartable électronique devait limiter le poids du cartable traditionnel, mais ce n'est pas le cas, ils ont toujours beaucoup à porter. Et l'ordinateur vient en plus ".

Altedia - FTPress - 27 février 2003